Un patrimoine redécouvert

  Tapis du milieu rural luxembourgeois

 

milly1

milly2

Aarmeleitsteppecher – Stärenteppecher

 Tapis anciens du Luxembourg et interprétations actuelles

Publication d’un livre par le RBS-Center fir Altersfroen et la Commune de Kehlen

Exposition :

hobby

Conception et réalisation : Milly Friederes

A une époque où l´argent était rare, du milieu du 19ième siècle jusqu´à l’après-guerre des années 50, rien n’était jeté, tout était réutilisé. Ainsi des restes de tissus étaient assemblés d´une manière décorative pour en faire des tapis qui faisaient office de descentes de lit  dans les chambres à coucher des maisons paysannes.                           

 Les tapis étaient exécutés avec des chutes de lainages foncés provenant le plus souvent de vêtements d´homme usagés. La technique de base consistait à assembler des carrés ornés de motifs en relief, les motifs étant eux-mêmes découpés à partir de gabarits en tôle (p. ex. une étoile à six branches).

 Une autre méthode d’assemblage était également pratiquée : on superposait, à la façon d’ardoises, des petits fragments de tissu en forme de languettes, qui étaient ensuite cousus sur un fond de tissu et entourés d´un point de feston. Il s’agissait des<Zongenteppech>.(« tapis à languettes »).

 La disposition de broderies en damier sur une toile de fond de qualité  supérieure, autre technique utilisée, exigeait un plus grand investissement en matériel et en savoir faire. Les tapis ainsi obtenus portaient le nom de <Sonndesteppech>

(« tapis du dimanche »).

 Vers 1990, Florence Thilgen entreprit des recherches sur l´origine du patchwork au Luxembourg. Dans ce contexte, elle découvrit les tapis du milieu rural, dits < Aarmeleitsteppech> (« tapis des pauvres »). En mai 2010, elle transmit les résultats de son travail au groupe d´ouvrage manuel  du Club Senior de Kehlen.

  Milly Friederes et Josée Scheller ainsi que toute une équipe de bénévoles  se proposèrent alors de  compléter la documentation d´origine  et d‘élargir le contexte historique.

 Un livre sur ces tapis luxembourgeois oubliés, témoins du savoir-faire de nos ancêtres, a été publié par le Centre RBS (www.rbs.lu) avec le soutien de la Commune de Kehlen.

Au 5ème Festival international du Quilt à Alscheid, en mai 2012, l’exposition comprenait 20 pièces de plus. Ces trésors cachés du Luxembourg ont encouragé certains à faire revivre une technique presque oubliée.